Certains clubs de Premiership ont demandé au board de la Ligue de procéder à des changements sur le Salary Cap. Les clubs craignent de perdre leurs joueurs formés au club au profit d’autres clubs anglais ou français, comme Maro Itoje dont il est dit qu’il pourrait signer un contrat à 7 chiffres après la Coupe du Monde, et c’est comme souvent Mark McCall des Saracens qui endosse le rôle de porte-voix.

Et pour cause, le directeur du rugby des Saracens possède quelques pépites issues de son Académie : Owen Farrell, Maro Itoje et Jamie George. Des joueurs très talentueux dont la valeur marchande a augmenté après la Tournée des Lions en Nouvelle-Zélande.

Le Salary Cap en Premiership a connu une augmentation de 500.000£ pour l’année à venir, il atteint donc les 7M£ mais cette limite sera gelée jusqu’en 2020. Les clubs ont la possibilité d’avoir deux « marquee players », comprenez deux joueurs de classe mondiale n’entrant pas dans le calcul de ce Salary Cap.

Charles Piutau est en passe de signer un contrat record avec Bristol lui assurant le million de livres dès la saison 2018-2019, et la valeur des top joueurs anglais pourrait bien atteindre ce niveau. Pour Mark McCall, il se pourrait que les Saracens perdent un voire plusieurs de ses académiciens et le directeur du rugby de proposer que tous les joueurs formés dans les clubs puissent bénéficier d’un arbitrage différent dans leur Salary Cap :

Ce serait une incroyable honte si nous avions à perdre des joueurs que nous avons formés et qui sont entrés dans notre académie quand ils avaient 14 ou 15 ans. Mon point de vue – qui pourrait être celui de tout le monde éventuellement – est que si un joueur d’une académie perce en professionnel dans le même club, il devrait coûter moins cher dans le calcul du Salary Cap. Ce chiffre appartiendrait à la Fédération Anglaise et inciterait les clubs de Premiership à ne pas prendre des joueurs anglais d’autres clubs concurrents.

Derrière cette proposition, il y a aussi la peur pour Mark McCall de voir les internationaux anglais profiter de l’entre deux Coupes du Monde 2019-2023 pour traverser la Manche et rejoindre le Top14 dont les clubs disposent d’une enveloppe globale lucrative proche des 9M£.

J’espère que quelques uns écouteront mes arguments. Je ne suis pas sûr d’obtenir le soutien de tous les clubs parce que ce n’est pas un problème auquel ils font face maintenant mais ça peut rapidement le devenir. Pour le moment, notre Salary Cap reste à un niveau qui fait que les choses sont difficiles à faire.

Un avis que partage John Kingston, qui lui aussi a un nombre important de joueurs anglais formés au club des Harlequins, les plus côtés sont Chris Robshaw, Kyle Sinckler et Joe Marler :

Le marché est devenu complètement fou. Tout le monde fait des choses uniquement pour de l’argent, voilà la réalité des choses. J’ai toujours dis à un joueur que s’il voulait gagner le plus d’argent possible, alors il pouvait faire ses valises.

Il appartient désormais à Mark McCall d’obtenir l’aval du plus grand nombre pour peser dans la négociation. Dans un sport où de plus en plus de crédit est accordé à l’argent et aux droits TV, il n’est pas sûr que le board de la Premiership et Ian Ritchie de la Fédération Anglaise portent une oreille attentive à ce discours. À suivre.

Source et crédit photo : theguardian.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.