Après un intermède européen assez mitigé pour les équipes celto-italiennes, c’était le retour, ce week-end, au championnat domestique.
Honneur au champion Glasgow qui a eu bien du mal à se remettre de la claque administrée à la maison par Northampton. La conquête reste faible, les avants à la dérive. Les arrières n’ont pas les ballons pour enchaîner les temps de jeu, ce qui était devenu une des forces des hommes de Glasgow…. Bref, le jeu de l’équipe est grippé. Mené 3-6 par Trévise jusqu’à la 70e minute, les Ecossais s’imposent tout juste 13-6 face à de valeureux Italiens. Signe des problèmes écossais, Townsend s’est déclaré très heureux de ce succès et du caractère de ses joueurs. Les critiques commencent à remettre en cause le travail de McFadden, l’Irlandais venu du Connacht, et nouvel entraîneur des avants. C’est assurément un peu tôt mais la pression est là. On regrettera aussi les départs conjugués de Murray, Welsh et De Klerk qui ont considérablement affaibli la droite de la mêlée… Affaire à suivre contre le Leinster, guère plus heureux en coupe d’Europe…

Honneur en second au leader actuel du Pro12 : le Connacht. Les choses changent en Irlande. Alors que les trois provinces fortes semblent affaiblies, le Connacht se réveille. Anthony Foley, entraineur du Munster, avait déclaré dans la semaine qu’il serait bien intéressé par le recrutement de la star du Connacht, Robbie Henshaw. Il était en effet de tradition que les meilleurs éléments du Connacht s’exilent chez les voisins plus performants. Joe Schmidt lui-même avait poussé pour un recutement d’Henshaw par le Leinster. Mais cette époque est dorénavant caduque. Les hommes du Connacht ont en effet répondu à Foley en allant s’imposer face au Munster à Thomond Park (18-12), ce qu’ils n’avaient jamais fait depuis le début de l’ère professionnelle, ni durant ces 30 dernières années… Une sacrée performance d’autant que leur victoire est parfaitement méritée. On remarquera que la province irlandaise la plus en réussite et la plus entreprenante dans le jeu est la seule entrainée par un sudiste, en l’occurrence Pat Lam

Le Leinster a eu du mal mais est parvenu à battre de justesse à domicile l’Ulster (8-3). Le déplacement des Leinstermen à Glasgow la semaine prochaine devrait être intéressant.

Les Scarlets se sont bien remis de leurs revers européens en battant difficilement les Zebre (20-12) qui perdent un point en ratant le bonus défensif dans leur lutte à distance avec Trévise.

Les Ospreys arrêtent de perdre des points par rapport aux mieux classés en gagnant face aux Blues (13-6).

Edimbourg s’impose avec le bonus offensif face aux Dragons. Les Ecossais ont essayé de proposer plus de volume de jeu que d’habitude. Ce doit être l’influence de Duncan Hodge, leur nouvel entraineur de la ligne arrière. Alors que cela leur avait joué des tours face au Munster, ils ont été ici en réussite. L’arbitre les a aussi un peu aidés en sanctionnant lourdement la mêlée galloise. La première ligne Dickinson-Ford-Nel s’est construit une solide réputation qui joue en sa faveur lors d’écroulements litigieux… L’association 10-12 Burleigh-Scott ouvre des horizons intéressants à l’attaque de la capitale écossaise. Les deux jouent beaucoup et ont une palette technique qui leur permet de fluidifier le jeu des trois-quarts d’Edimbourg. A suivre lors d’un déplacement ce week-end hostile en Ulster. Un vrai choc de deux packs très solides…

Lors de la neuvième journée, le Munster, les Ospreys, les Scarlets et le Connacht voyagent chez les 4 équipes les plus faibles : Zebre, Térvise, Blues et Dragons. Ce sont de bonnes opportunités de victoire à l’extérieur…
Glasgow va se tester à domicile face au Leinster : faux-pas interdit. Glasgow a déjà grillé ses jokers durant le mondial. Edimbourg se retrouvera dans l’enfer nord-irlandais. Un match à gros enjeux qu’aucune de ces deux équipes (toutes deux à 23 points) ne peut trop se permettre de perdre étant donné la rude compétition entre les sept premiers, sachant qu’en plus les huitièmes, les Ospreys, ne sont pas morts, loin de là !

Le classement :

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.