Si la coupe du Monde de rugby se déroule avec vingt équipes depuis 1999, ce n’est que depuis 2003 que les poules sont constituées de cinq équipes. Or, aujourd’hui cette formule arrive à bout de souffle et génère beaucoup d’inégalités. Il suffit pour cela de jeter un coup d’oeil au calendrier pour s’apercevoir que ce système protège les “nations historiques” de ce sport plutôt que les “nations émergentes”. Ainsi, le Japon, seulement quatre jours après sa victoire historique contre l’Afrique du Sud, a du affronter l’Ecosse. Comme on pouvait s’y attendre, c’est vers l’heure de jeu que l’équipe asiatique s’est effondrée physiquement. Que dire aussi du calendrier proposé à la Roumanie qui a affronté en quatre jours la France et l’Irlande?
Je ne reviendrai pas non plus volontairement quatre ans en arrière. C’était déjà la même chose.

Calendrier

Pourtant malgré ces calendriers difficiles on constate de moins en moins d’écarts notamment au niveau du score entre les équipes. Si en 2003, la Namibie s’était faite écraser 142 à 0 par l’Australie, elle ne s’est inclinée que par 44 points d’écart il y a quelques jours face à la Nouvelle-Zélande. De même l’autre équipe la plus amateur de la compétition, l’Uruguay malgré des rencontres difficiles face au Pays de Galles et à l’Australie, n’a pas démérité et a opposé une résistance, certes relative, mais une résistance quand même, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années. Ces éléments, calendriers inique et “nations émergentes” en progrès doivent obliger World Rugby à repenser le système des poules en Coupe du Monde.

Des poules de cinq équipes, facteur d’inégalité

Forcément avec cinq équipes par poule, une équipe ne joue pas lors de chaque journée. Pour équilibrer et mettre à jour le nombre de matches par équipe, certaines équipes doivent donc disputer deux rencontres en très peu de temps. Bizarrement ce sont souvent les équipes dites “moins fortes” qui sont désavantagées par ce système. Ainsi nous avons vu l’exemple du Japon mais nous pouvons aussi prendre l’exemple des Fidji qui ont affronté l’Australie seulement quatre jours après l’Angleterre lors du match d’ouverture. Bien sûr il arrive aussi que les nations “historiques” affrontent une autre nation seulement quatre jours après une rencontre. C’est arrivé avec la France qui a joué la Roumanie après l’Italie. Mais il n’arrivera pas par exemple que la France doive affronter deux nations majeures en quatre jours! Afin de remédier à ces inégalités il est impératif pour moi de se diriger vers des poules de quatre équipes. Mais pas seulement il faut aussi pour cela agrandir la compétition à 24 équipes.

Une coupe du Monde à 24 équipes, une nécessité

En effet nous avons déjà eu avec le même nombre d’équipes une compétition avec des poules de quatre. C’était lors de la coupe du Monde 1999 mais un problème majeur s’était alors posé puisque nous avions eu des matches de barrage afin que certaines équipes se qualifient pour les quarts de finale joués seulement trois ou quatre jours après. En conséquence, toutes les équipes qui s’étaient qualifiés en barrages se sont ensuite inclinés en quarts de finale.
Pour ne plus que cela se reproduise, une solution s’impose, agrandir la coupe du Monde à 24 équipes. La formule serait alors plus simple :
6 poules de quatre équipes, les deux premiers de poule qualifiés pour les huitièmes de finale ainsi que les quatre meilleurs troisièmes. Une nouveauté apparaîtrait avec l’apparition des huitièmes de finale, mais cela ne ferait pas plus de rencontres pour les équipes qui vont au bout de la compétition puisqu’il y aurait un match de poule en moins qui compenserait l’apparition des huitièmes.

Les grandes nations plus protégées

Avec 24 nations qualifiées, tout le monde serait gagnant. Les « petites équipes » qui disposeraient d’un calendrier équitable, ainsi que les grandes nations. En effet avec plus de poules il y aurait moins de risques que les grandes nations se rencontrent entre elles dès le premier tour et d’assister à des “poules de la mort” comme lors de cette édition avec la poule A qui comprend l’Angleterre, le Pays de Galles et l’Australie par exemple. Toutes les nations “majeures” seraient pratiquement assuré de sortir de poule et d’accéder aux phases finales. Certes il n’y aurait plus de match à “la muerte” comme c’est arrivé cette année avec le match entre l’Angleterre et l’Australie, mais c’est un cas de figure très rare. Autre avantage, la phase de matches de poule durerait bien moins longtemps et les matches éliminatoires, ceux qui intéressent le plus le grand public, arriveraient plus rapidement.

Une plus grande ouverture

Un des plus grands reproches fait au rugby reste aussi le fait que l’on voit toujours les mêmes nations. Certes ce n’est pas en agrandissant à 24 équipes que l’on verra du jour au lendemain une équipe comme l’Espagne par exemple devenir championne du monde, mais cela permettrait à de nouvelles équipes de se qualifier. Je pense notamment à la zone Asie qui ne bénéficie que d’une seule équipe qualifiée, et avec l’avance qu’a pris une nation comme le Japon dans cette zone les autres équipes ne lui servent que de sparring-partner sans pouvoir jamais espérer se qualifier pour une coupe du monde et de profiter de la dotation offerte par World Rugby aux équipes qui se qualifient. Je pense ici par exemple à la Corée du Sud qui se structure de plus en plus mais qui ne peut se qualifier pour une coupe du Monde.

A propos de l'auteur

Passionné de rugby depuis ma tendre enfance que j'ai passée dans les travées de la tribune CGT du stade Aimé Giral, je suis l'initiateur du projet Up And Under depuis Juillet 2013.

6 Réponses

  1. FB2

    Bonjour,

    une idée séduisante, cet élargissement à 24 et surtout avec des 8° de finale.
    Mais l’effet pervers me semble être le désintérêt total des « gros » pour la phase de poules: avec 6 poules pour 8 vraies grosses équipes (les 4 du sud plus Fra, Eng, Irl et Galles), la qualif’ est assurée et en plus on dilue encore un peu plus le risque de prendre un autre gros dès ce 1/8.
    donc je ne suis pas sur que le spectateur s’y retrouverait et comme vous le savez sans doutes, l’aspect sportif de la chose n’est pas au cœur des préoccupations, hélas.
    mais cela aurait le mérite de faire « monter » 8 autres équipes donc en plus des habituels écossais, on aurait vraiment une ouverture et des affiches innovantes , avec pourquoi pas des « accidents ».

    Et j’irai même plus loin en faisant une sorte de tournoi de consolation pour les autres éliminés, histoire de rentabiliser pour eux le faits de se déplacer et de pouvoir se frotter à d’autres équipes. Jouer 4 « vrais » matchs tous les 4 ans, ça n’aide pas à s’élever.

    on peut rêver …

    Répondre
  2. Jérémy Sarda

    Bonjour FB2 et merci pour le commentaire! 😉

    Effectivement c’est l’effet pervers de cette formule. Nous n’assisterons plus à des matches comme nous avons pu y assister samedi avec l’élimination de l’Angleterre par l’Australie.
    Les huitièmes non plus ne devraient pas proposer d’affiches entres « gros » sauf cas exceptionnel.
    Toutefois je reste persuadé que certains matches de cette première phase seraient vraiment intéressants. Surtout des matches pour la qualification qui comme vous le dites pourraient proposer des affiches innovantes.

    Mais je pense vraiment que ça reste la bonne formule pour le futur. Pour 10% d’inconvénients je n’y vois que des avantages.

    Enfin je n’avais pas songé à un tournoi de consolation pour les autres équipes, mais pourquoi pas. Vous avez raison sur le fait que les « petites nations » doivent avoir plus souvent l’occasion de se frotter à d’autres équipes.

    Répondre
  3. Antonio

    Il est vrai que ce système de poule à 5 est bancal avec 2 inconvénients, ces matches rapprochés et la longueur de la Coupe du monde.
    Ce 2è point fait que je ne suis pas pour passer à 24 et conserver au final ces 6 semaines de compétition qui ne règle pas le problème de calendrier par rapport aux autres championnats (trop de doublons).
    L’argument avancé par FB2 est aussi à prendre en compte car si on a aujourd’hui 18 équipes sur 20 qui peuvent postuler aux quarts de finales (on l’a vu avec le Japon, la Roumanie), j’ai peur que les 6 autres ne proposent que des matchs sans intérêt (comme pour la Namibie et l’Uruguay, avec le respect que j’ai pour leurs engagements)

    C’est pourquoi l’idée de rester à 20 mais avec 5 poules comme pour la Champions Cup pourrait être étudiée. Car là, les 3 meilleurs 2è devraient cravacher pour se qualifier. Seule la première place assurerait une qualification et en plus il faudrait gonfler les points terrains pour avoir un bon quart de finale.
    De plus on devrait logiquement gagner une semaine.

    Quant à un tournoi de consolation, je ne suis pas certain que cela enchante les clubs et les joueurs qui préféreraient retourner dans leurs clubs… Mais il est clair qu’il faut faire jouer les nations plus souvent encore et peut-être réformer les 6 et 4 nations de chaque hémisphère…

    Pour avis.

    Répondre
    • FB2

      faire 5 poules de 4 comme en HCup ça me semble un peu « chaud » : la place de meilleur 3° est trop soumise aux aléas de la composition de la poule et ce qui est toléré par les clubs (parce que d’un année sur l’autre ça peut changer) ne le serait pas vraiment par les fédés une fois tous les 4 ans.
      Mais surtout cela demande des matchs de poules beaucoup plus engagés, pour assurer les points et ensuite on arrive aux matchs couperets. 9a fait 6 semaines de haute intensité (alors que maintenant on n’en a que 3/4) et je crains que le « spectacle » s’en ressente, les finalistes arrivant complètement rôtis. en HCup ça passe parce que la compétition est étalée sur la durée de la saison.
      N’oublions pas non plus l’idée avancée par la RFU lorsqu’elle a eu ce mondial : faire un plateau A et un plateau B. ça avait l’air un peu con mais quel intérêt pour l’Uruguay ou la Namibie par exemple de venir faire 4 matchs dont 2 rapprochés et hop à la maison et à dans 4 ans ?
      Il n’y a pas de solutions parfaite mais d’autres sports ont des groupes mondiaux A, B voire C et ça se passe pas plus mal.

      Répondre
      • Antonio

        Je partage l’argument de poules déséquilibrées comme on le voit en CCup. Moins sur le côté rôti des équipes. Elles ne sont pas là pour faire de la figuration mais 1 match par semaine de haute intensité, pour aller au bout et pour le spectacle. De plus, il y aurait toujours un match plus facile sur les 3.

        Au delà de cette formule ou une autre, il faut réformer les calendriers pour trouver la meilleure car le problème se pose entre les championnats nationaux, la Ccup et les tournois… Il faut commencer par là, alléger tout ça, uniformiser les compét internationales… (soit tous les 2 ans pour l’Europe comme au foot, soit ne pas placer de tournoi des 6 nations l’année de coupe du monde) … Aujourd’hui, certains joueurs sont cramés et souvent blessés…

        Ensuite l’idée d’une compétition mondiale à 24 puis 32 comme au foot pourra être envisageable.

        Juste une dernière remarque, toutes les équipes dans cette coupe du monde ont eu 4 jours entre 2 matchs… certes pas toutes de manière équitable au vu des échéances.

        Pour réflexion… Car il faut y réfléchir… Merci Jérémy !

  4. britton

    Non seulement le débat doit être posé mais des changements doivent intervenir. Tous les quatre ans ces injustices se répètent, et c’est insupportable.
    Cette année, le Japon va passer à la trappe parce qu’ils n’ont pas pu disputer leurs chances loyalement contre l’Ecosse. C’est une des équipes les plus attractives équipes de la compétition et ils auraient eu une place légitime en phase finale. Mais les Tonga aussi peuvent avoir des regrets, le Canada…

    Soit on garde la formule actuelle mais en rallongeant la compétition d’une semaine: on impose au moins six jours d’intervalle entre les matchs pour tout le monde et chaque équipe bénéficie à un moment d’une semaine de repos. Les matchs se déroulent uniquement du vendredi au lundi.
    Soit on passe à 24 ou à 16 pays. 24, cela va rajouter des matchs avec des équipes qui ne seront pas immédiatement compétitives, mais pourquoi pas. Ce sera un mondial moins professionnel, mais plus sympathique. 16 cela me paraît un peu court pour une compétition mondiale (ou alors couplé à un mondial B…).

    Mais une semaine de rajout, ce n’est rien pour un événement qui a lieu tous les quatre ans. Quitte à ce que cette année de coupe du monde, on supprime le tournoi qui suit, ou/et les tournées estivales. Pour que la coupe du monde soit le grand et seul événement international de l’année…

    Pour conclure, il faut rappeler que toutes les équipes n’ont pas au quatre jours d’intervalle entre les matchs! Beaucoup en ont eu mais pas toutes. Angleterre, Samoa, Italie n’y ont pas eu droit. Mais surtout qu’on ne rattrape jamais une injustice passée: on se souvient que les Samoans avaient été les grandes victimes de ce calendrier injuste en 2011. Ils avaient beaucoup attiré l’attention sur ce fait avec les polémiques de Fuimaono-Sapolu. En 2015, ils ont (en conséquence de ce tapage médiatique?) hérité d’un bon calendrier, mais cela ne leur sert de rien cette année car ils n’ont plus l’excellente équipe de 2011…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.