Large vainqueur (26-5) des Samoa beaucoup trop indisciplinés et quasiment éliminés samedi à Milton Keynes, le XV du Japon reste en course pour accéder aux quarts de finale de la Coupe du monde pour la première fois de son histoire.

Les Japonais en sauront plus sur leurs chances réelles de sortir de la poule B après le résultat d’Afrique du Sud – Écosse qui se dispute en ce moment.

Une victoire du XV du Chardon les placerait en bonne position avant leur dernier match face à l’adversaire le plus faible de la poule sur le papier, les États-Unis.

En attendant ils ont fait le travail en reprenant la deuxième place aux Springboks (8 pts contre 7, à deux longueurs de l’Écosse), qu’ils avaient battus héroïquement à la surprise générale lors de leur premier match (34-32) avant de redescendre sur terre contre l’Écosse (10-45).

Ils ne sont cependant pas parvenus à décrocher le point de bonus offensif qui aurait éclairci davantage leur avenir.

De façon un peu surprenante, ils n’ont pas vraiment cherché à l’obtenir après le repos, tentant les pénalités plutôt que les pénaltouches, alors qu’il semblait largement à leur portée après une première période dominée de la tête et des épaules.

Ils menaient ainsi 20 à 0 à la pause (deux essais) après avoir imprimé un gros rythme d’entrée de match (83% de possession et 89% d’occupation à la 25e minute) qui a poussé à la faute des Samoans dépassés et beaucoup trop indisciplinés.

Les îliens ont ainsi écopé de deux cartons jaunes coup sur coup pour des plaquages dangereux de Faifili Levave (16) et Sakaria Taulafo (19). Ils ont même passé au total trente minutes en infériorité numérique puisque le deuxième ligne Paulo a fini le match loin du terrain.

Ils ont donc logiquement fini par craquer à treize sur un essai de pénalité (24), puis à égalité numérique en toute fin de la première période, lorsque l’ailier japonais Akihito Yamada a concrétisé en coin, après avoir habilement évité le plaquage d’Alesana Tuilagi, une longue séquence des siens.

La deuxième période, plus équilibrée, a permis aux Samoans d’éviter de repartir « fanny » (essai de Paul Perez, 64). Elle pourrait donc aussi laisser des regrets aux « Brave Blossoms ».

A propos de l'auteur

Passionné de rugby depuis ma tendre enfance que j'ai passée dans les travées de la tribune CGT du stade Aimé Giral, je suis l'initiateur du projet Up And Under depuis Juillet 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.