Les Français, qui ont raté la qualification olympique via le Circuit mondial de rugby à VII, jouent leur seconde chance lors du Championnat d’Europe qui débute samedi à Moscou, avec le renfort de quatre éléments du Top 14.

« On y est enfin arrivé ! On a mis du temps ». Après d’âpres négociations, l’entraîneur de l’équipe de France à VII Frédéric Pomarel peut se réjouir d’avoir enfin mis la main sur sur des armes supplémentaires, en l’occurence Fulgence Ouedraogo (Montpellier), Rémy Grosso (Castres), Romain Martial (Castres) et Marvin O’Connor (Bayonne), libérés par leurs clubs.

« Rien que quand ils sont arrivés, les nôtres galopaient plus vite. Ils avaient le sourire », ajoute Fred Pomarel qui « retrouve ainsi de la vitesse, de la puissance et surtout de l’aérien » avec cet apport.

Ce quatuor fait aussi entrer une bouffée d’air frais dans une formation en roue libre ces dernières semaines, après une saison ratée terminée à la 11e place mondiale. Loin de l’objectif du 4e rang, synonyme de qualification directe pour les jeux Olympiques.

Pour s’envoler vers Rio, les Bleus doivent désormais remporter le Championnat d’Europe, découpé en trois tournois, à Moscou samedi et dimanche, puis Lyon (13-14 juin) et Exeter (11-12 juillet).

« Je sens que mes joueurs n’ont pas mis tout ce qu’il fallait à Glasgow, Londres (en mai, ndlr), ils avaient déjà la tête ici. Là je les sens appliqués, concentrés », témoigne Frédéric Pomarel. « La venue de ces quatre me donne aussi confiance. On a des atouts. Je ne suis pas exubérant mais je dis qu’on a les cartes en main pour se qualifier. »

Dans la capitale russe, les Bleus devraient franchir rapidement l’obstacle des poules (Pays de Galles, Géorgie, Roumanie) pour se concentrer sur les quarts, demies, voire finale le dimanche.

Il faudra notamment franchir l’écueil des nations britanniques, déjà assurées d’aller aux JO grâce à la 4e place mondiale de l’Angleterre, mais qui se feront un plaisir de barrer la route aux Français. Portugais, Espagnols, Russes et Belges seront aussi des chausse-trapes sur le chemin du Brésil.

« On va se méfier de tout le monde et de nous en premier chef », abonde Fred Pomarel qui attend de ses « loustics » de conserver leur « meilleur niveau », quel que soit l’adversaire.

Programme de samedi:

(09H00) France – Roumanie

(12H00) France – Géorgie

(16H06) France – Pays de Galles

A propos de l'auteur

Passionné de rugby depuis ma tendre enfance que j'ai passée dans les travées de la tribune CGT du stade Aimé Giral, je suis l'initiateur du projet Up And Under depuis Juillet 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.