« On va essayer de bien figurer et ne rien regretter », affirme Jean-Baptiste Poux, pilier de Bordeaux-Bègles en déplacement samedi dans son ancien fief de Toulouse pour un match crucial pour l’UBB, dernier qualifié pour la phase finale avant cette ultime journée de Top 14.

Ce déplacement à Toulouse est un match à fort enjeu pour vous ?

« Oui, c’est un match intéressant à jouer, pour eux pas trop car je ne pense pas que ça change grand chose à leur classement. Ils vont avoir envie de se racheter de leur match perdu à Grenoble (11-32 samedi dernier, ndlr). Malgré cette défaite, je les trouve en forme en ce moment, ca va être difficile mais intéressant car il y a un enjeu. Ils auront le souhait de faire un bon match aussi pour les joueurs qui s’en vont. Rencontrer une bonne équipe, c’est bon pour notre évaluation, savoir où on en est. Et sur un plan personnel, cela va être sympa de revoir les amis. »

Peut-on considérer ce match comme un faux 8e de finale pour l’UBB ?

« Vous savez, on revient de loin. On pensait que la qualification se jouerait avant mais on a raté des matches à l’extérieur, des matches à domicile aussi. Et on est revenu dans la course ces dernières semaines. Je préfère quand même avoir cet objectif que jouer le maintien sur notre dernier match. On y va sans pression, on sait d’où on vient, on sait comment ça se passe à Toulouse. Après, sur un match… L’important, c’est de ne pas avoir de regrets, bien finir et ne pas en prendre 60 comme Brive (19-67 le 9 mai), ne pas être ridicule. Ce serait dommage de partir comme ça. »

Il y a un mois, vous pensiez encore pouvoir viser les barrages ?

« Il y a un mois, il fallait sauver le club dans ce championnat qui est hyper relevé. Cela a été un énorme soulagement après Oyonnax (26-23 le 9 mai), on a pu se lâcher contre Bayonne (38-20 samedi dernier) même s’il y a des choses à revoir et, franchement, on ne pensait pas à l’occasion de ce dernier match jouer encore une place qualificative dans les six. »

Votre dynamique actuelle (trois victoires consécutives) vous donne de l’espoir ?

« Oui, mais Toulouse est pas mal aussi. Individuellement, ils sont meilleurs que nous à tous les postes. Aujourd’hui, je ne vois pas de joueurs de chez nous capables de jouer dans cette équipe de Toulouse. Samedi, on va essayer de bien figurer et ne rien regretter. Si on doit jouer le barrage européen la semaine suivante (via la 7e place), autant construire sur ce match à Ernest-Wallon. »

L’UBB reste sur deux défaites très frustrantes à Toulouse, d’un et deux points. C’est une source de motivation d’inverser cette donne?

R: « Là-bas, on essaye de s’accrocher. Après ce ne sera pas le même type de matches que ces deux dernières saisons car là ils sont en forme, on est dans une période de la saison où le Stade Toulousain est performant. On ne peut pas parler de revanche car on n’est pas dans la même catégorie que Toulouse, Toulon, Clermont ou le Racing. On va essayer de mettre en place ce que l’on sait faire et on verra. »

A propos de l'auteur

Passionné de rugby depuis ma tendre enfance que j'ai passée dans les travées de la tribune CGT du stade Aimé Giral, je suis l'initiateur du projet Up And Under depuis Juillet 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.