Agen retrouvera le Top 14 la saison prochaine, deux ans après sa descente, grâce à son succès en finale d’accession face à Mont-de-Marsan (16-15), dimanche au stade Ernest-Wallon de Toulouse.

Agen a retenu la leçon. Défait l’an dernier par La Rochelle (22-31) sur la dernière marche menant au Top 14, le SUA, auteur d’un exploit en demi-finale face à Perpignan à Aimé-Giral (32-32, 4 essais à 2), n’a pas tremblé cette fois.

Ce fut pourtant tendu jusqu’au bout et cette transformation de la gagne pour les Landais manquée par Emmanuel Saubusse deux minutes avant le terme de la rencontre.

Déjà vainqueurs deux fois cette saison de Mont-de-Marsan, les hommes de Mathieu Blin auront eu le mental pour ne pas perdre la seule confrontation de la saison qui comptait vraiment face aux Montois, deuxièmes de la saison régulière.

Car si Agen a raté la dernière marche la saison dernière, le Stade Montois a lui remporté ses deux dernières finales en 2008 contre le Racing (32-23) et en 2012 face à Pau (29-20).

Débarqués à l’échauffement coiffés d’un béret, les Landais, huitième budget de Pro D2, se sont mis dans la peau du « petit » face au grand Agen, octuple champion de France et quatrième club le plus riche de la division, et tenté crânement leur chance jusqu’au bout.

Saubusse manque la transformation de la gagne

Les hommes de Christophe Laussucq et David Auradou ont d’ailleurs été les premiers à franchir la ligne.

Face à des Agenais, maîtres du ballon, ils se sont appuyés sur leurs grosses forces: une défense hermétique et une conquête solide. Et c’est justement après une mêlée à quelques mètres de la ligne qu’est venu le premier essai landais (14e), signé par le troisième ligne Yann Brethous, servi par Julien Cabannes.

Mais Agen a su revenir, en s’appuyant sur sa domination pour récolter des pénalités et recoller au score à la pause (7-6) grâce à deux coups de pied de Burton Francis entre les perches (21e, 31e).

Un essai au retour du vestiaire de l’ailier agenais Taylor Paris (45e), après une percée de Francis, donnait l’avantage au SUA (13-10) et mettait un peu de fureur dans un match jusque-là assez terne.

Déterminés à renverser la tendance, les Montois, menés 16-10, reprenaient les commandes de la rencontre dans le dernier quart d’heure et campaient dans le camp agenais jusqu’à l’essai de Mirande en coin (78), validé après arbitrage vidéo, après un essai refusé deux minutes plus tôt à Bost.

Mais Saubusse, très maladroit face aux perches dimanche (1/4), manquait sa transformation. Et Ernest-Wallon chavirait aux couleurs d’Armandie.

La Fiche technique :

A Toulouse (stade Ernest Wallon), Agen bat Mont-de-Marsan 16-15 (mi-temps: 6-7)
Temps: agréable
Terrain: bon
Spectateurs: 17.000 environ
Arbitre: Cédric Marchat

Les points

Agen: 1 essai Paris (45), 1 transformation Francis (45), 3 pénalités Francis (21, 31, 56)

Mont-de-Marsan: 2 essais Brethous (14) Mirande (78), 1 transformation Saubusse (14), 1 pénalité Saubusse (43)

Les équipes

Agen: Lamoulie – Toua (Waqaseduadua 78), Petre, Mazars (cap.), Paris – (o) Francis (Lagarde 80), (m) Darbo (Abadie 69) – Erbani, Giraud, Tau (Vaquin 33) – Ratuniyarawa, Valdes (Roidot 61) – Telefoni (Marshall 52 Telefoni 78), Narjissi (Barthomeuf 61), Afatia (N’Nomo 61 Afatia 78)

Mont-de-Marsan: Lucu – Salawa, Dubie, Mirande, Cabannes (Chedal 49) – (o) Dut (James 56), (m) Saubusse – Tastet (cap.),Taulanga, Brethous (Bost 71) – Tutaia, Flanagan (Dargier de Saint Vaulry 62) – Ormachea, Caudullo (Blanchard 62), Mailau (Fiorini 62)

Les déclarations :

Lionel Mazars (centre et capitaine d’Agen):

« C’est une aventure humaine avec un groupe formidable, des moments qui resteront gravés dans la tête de chacun. La montée c’est quelque chose d’énorme pour le club qui avait vécu il y a deux ans une désillusion, on permet à toute une ville, tout un peuple d’avoir des matchs plus intéressants… On va savourer, on sait que ce qui nous attend, c’est une très grosse montagne, on essaiera de la grimper avec notre coeur et notre courage. Ça tient à rien, on a eu un peu de chance avec nous aujourd’hui mais on l’a peut être provoqué. On revient de loin mais ce qui est beau c’est que le groupe n’a pas lâché ».

Mathieu Blin (manager d’Agen):

« J’y étais il y a deux ans, j’avais participé à faire descendre le club, c’est le minimum d’essayer de se racheter. Ça fait un long moment qu’on a préparé les différents formats, le club est dans une situation très positive avec un engouement populaire qui est en train de renaître. On va repartir de plus belle pour essayer d’embarquer tout un peuple, on va aller s’éclater en Top 14, avec toute la difficulté et l’excitation que cela peut représenter. On fait partie des plus grands même si on est les plus petits. »

Simon Lucu (arrière de Mont-de-Marsan): « C’est de la tristesse. Je ne sais pas si on mérite de perdre. On n’a pas réussi à mettre notre jeu en place, on a fait preuve de fébrilité. L’essai que nous avons pris nous a mis la tête dans le seau. Malheureusement, on a manqué d’efficacité sur nos temps forts. On a tout donné et on échoue pas loin. Il faut rebondir et repartir la saison prochaine. »

Christophe Laussucq (manager de Mont-de-Marsan): « J’aurai voulu perdre de n’importe quelle façon mais pas comme ça. Il n’y a rien de plus dur à avaler. On a le sentiment de mériter la victoire sur ce match et de mériter de monter sur l’ensemble de la saison mais au final on va repartir en Pro D2. On était très proche du Graal et je ne peux pas vous dire si nous aurons encore une fois une occasion de rejouer une finale d’accession.

A propos de l'auteur

Passionné de rugby depuis ma tendre enfance que j'ai passée dans les travées de la tribune CGT du stade Aimé Giral, je suis l'initiateur du projet Up And Under depuis Juillet 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.