Les Françaises ont vécu une journée compliquée vendredi au tournoi de rugby à VII d’Amsterdam, le dernier de la saison, et devront affronter leurs bêtes noires canadiennes en quarts de finale samedi (11H06) pour entretenir leur rêve olympique.

Jamais cette année, les Bleues n’ont réussi à battre les Canadiennes, troisièmes au classement mondial et il faudra donc créer l’exploit.

« On savait qu’il fallait gagner de toutes façons en quarts, c’est la seule corde que l’on peut actionner et on ne veut pas se pendre avec », a métaphorisé vendredi soir la capitaine Fanny Horta, au terme d’une journée crispante.

« On a vécu des montagnes russes en termes d’émotion, c’était très compliqué aujourd’hui, a poursuivi Horta. On joue la peur au ventre et il n’y a rien de tel pour perdre. »

Longtemps dans les clous pour une qualification olympique grâce à leur quatrième place mondiale, les Bleues se sont, en effet, fait reprendre par les Etats-Unis le week-end dernier à Londres.

Trop fébriles dans la capitale anglaise, elles ont poursuivi dans la même veine vendredi au grand désarroi de leur entraîneur David Courteix qui peinait à expliquer le phénomène.

Elles ont ainsi laborieusement battu les Pays-Bas en ouverture, avant de s’incliner contre l’Espagne (7-5) puis le Canada (26-5), en connaissant des gros trous d’air dans l’agressivité.

Les Bleues pourront toutefois s’appuyer sur une première période plutôt réussie contre le Canada (7-5) afin de croire à un net redressement samedi matin.

Peut-être aussi pourront-elles miser sur un relâchement des partenaires de Magali Harvey, qui ont mathématiquement assuré vendredi une place aux jeux Olympiques de Rio 2016, comme l’Australie.

La Nouvelle-Zélande, déjà titulaire d’un aller simple pour le Brésil, a également raflé vendredi le titre du Circuit mondial, son troisième d’affilée.

Samedi, le calcul sera de toutes façons simple: il faudra terminer devant les rivales pour la 4e place, à savoir les Etats-Unis, opposés à l’Espagne en quarts, et l’Angleterre, qui se mesurera à la Nouvelle-Zélande.

A propos de l'auteur

Passionné de rugby depuis ma tendre enfance que j'ai passée dans les travées de la tribune CGT du stade Aimé Giral, je suis l'initiateur du projet Up And Under depuis Juillet 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.