Après l’importante victoire de La Rochelle hier soir sur le CA Brive Corrèze qui ouvrait cette 18ème journée de la saison régulière, tour d’horizon sur les six autres rencontres du week-end.

 

Union Bordeaux-Bègles – Rugby Club Toulonnais :

Véritable choc de cette 18ème journée, cette affrontement a tout d’un véritable tournant dans la saison des girondins. Défait lors de la précèdente journée dans l’Hérault dans des conditions particulières ( une heure de jeu en avantage numérique), les bordelais auront la bonne idée de l’emporter contre l’ogre varois s’ils souhaitent conserver leurs chances de qualification. L’UBB étant certainement l’équipe la plus spectaculaire du championnat à domicile, les toulonnais ayant une veritable armada, le spectacle est attendu du côté de Chaban Delmas malgré des averses en prévisions.

 

Stade Toulousain – Lyon Olympique Universitaire :

Alternant le bon et le moins bon cette saison, les hommes de Guy Novès ont la « chance » de recevoir à Ernest Wallon un candidat pour le maintien défait lors des deux dernières journées. L’objectif inavoué sera forcement la victoire bonifiée afin de rester dans le wagon des barragistes aux phases finales. L’occasion également de voir à l’oeuvre Yannick Nyanga et Gaël Fickou, récemment sélectionnés dans le groupe des 30 joueurs du XV de France, deux joueurs capables d’apporter un certain danger balle en main, item inconnu ou presque de la selection de Philippe Saint André. Du côté rhodanien, si la victoire paraît inenvisageable au vu des deux dernières prestation, il va falloir se serrer les coudes afin de ramener au moins un point de ce déplacement chez les haut-garonnais, un point espéré dans la course à la survie en Top14.

 

 

Racing-Metro 92  – Clermont :

Ce fut long et fastidieux, mais il semble que la mayonnaise Travers/Labit commence enfin à prendre chez les Racingmen. Fort de sa démonstration en Champions Cup sur les terres de Northampton, le RM92 récupère en plus le golden boy irlandais Jonathan Sexton après son récital le week-end dernier face à la France. Se privant volontairement de Fofana, Lopez, et Chouly, les auvergnats ont une profondeur d’effectif suffisante leur permettant de jouer un autre rôle que celui de faire-valoir à Colombes.

 

Aviron Bayonnais – Stade Français : A l’image des rochelais hier soir face à Brive, les basque de l’Aviron ne doivent pas rater la marche parisienne afin de ne pas se prendre les pieds dans l’opération maintien. Le jeune et talentueux Charles Ollivon l’a rappelé cette semaine, ce match est un rendez vous important de la saison du côté de Jean Dauger. Le public jouera une nouvelle fois son rôle de 16ème homme et poussera derrière les joueurs de Patricio Noriega, ce dernier ayant apporté un souffle de jeunesse dans l’effectif local. Coté parisien, la déconvenue à domicile face à Oyonnax est restée en travers de la gorge du professeur Gonzalo Quesada. Le club devra de plus se priver de son second ligne Pascal Papé, récemment suspendu 10 semaines pour mauvais geste le weekend dernier à Dublin. Les élèves parisiens auront-ils le cran nécessaire et les reins assez solides pour passer leur rattrapage ?

 

Grenoble – Montpellier :

Belle surprise du début de championnat, les hommes de Fabrice Landreau ont tendance à s’essoufler sur la durée. A l’image de la saison précédente, les grenoblois ont commencé à beaucoup subir dès l’arrivée de l’hiver, leur jeu de déplacement s’accomodant modérèment aux pelouses grasses. Montpellier a pris la bonne habitude de s’imposer en Isère depuis deux ans, Jake White parviendra-t-il à confirmer la statistique et maintenir le club de l’omnipotent Altrad dans les six premiers ?

 

Oyonnax – Castres :

Lors de sa montée en Top14 la saison précédente, le charismatique manager Christophe Urios avait promis les ours et la neige comme cadeau de bienvenue aux visiteurs. Même si défait deux fois cette saison dans son antre de Charles Mathon, les oyonnaxiens ont eu la bonne idée de monter à la capitale sans les appareils photo et sans le traditionnel passage Rue de la Soif. Résultat, deux victoires de prestige contre le Stade Français et le Racing Metro92. A l’inverse, le Castres Olympique vit une véritable saison cauchemar qui n’est pas sans rappeler celle du Biarritz Olympique en 2013/14. Mauricio Reggiardo, docteur ès-corones, est revenu spécialement d’Argentine en remplacement d’un Serge Milhas au faux airs de Droopy, afin de secouer le paquebot tarnais qui navigue depuis bien longtemps sous la ligne de flottaison.  Suffisant pour cette opération dernière chance ?

A propos de l'auteur

Passionné de rugby depuis ma tendre enfance que j'ai passée dans les travées de la tribune CGT du stade Aimé Giral, je suis l'initiateur du projet Up And Under depuis Juillet 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.