Noël est passé aussi pour les blogueurs d’Up And Under. En effet, David Arrieta, a accepté de devenir notre parrain et de nous livrer de temps en temps des billets de qualité. Nous vous faisons parvenir ici son premier billet et souhaitons qu’il soit le premier d’une longue série.

20141226_arrieta_david

Vivement le 29 décembre !

A l’instar des rugbymen qui prennent les matchs un par un, je me dois dès à présent de lire les nouvelles et articles du webzine Up&under en parrain. Quelle ne fut pas ma surprise de me voir décerner ce titre honorifique mais après tout, les marseillais sont champions d’automne et attendent le tirage au sort de la Ligue des Champions avec impatience. Quel honneur d’être le parrain de tout ces « blogueurs de superette », de tout ces passionnés de l’ovale qui partagent leur passion commune sans attendre de redevance en contrepartie. Je vous avoue une franche admiration.
Nous sommes aujourd’hui le 24 décembre et le barbu le plus célèbre du monde va entamer sa tournée. Ce barbu-là ne vas pas distribuer de cartouches ou autres tampons mais des cadeaux. Et quel plus beau cadeau pouvait-il faire aux rugbymen que de fourrer une journée de Top14 entre la dinde et les marrons ? Faire jouer des types qui ne peuvent pas s’entrainer de la semaine. Inconcevable à l’ére pro-statistique. Ceci dit s’entrainer est un bien gros mot, travailler devrais-je dire plutôt. Oui parce que le rugbyman ne s’entraine pas, il travaille. Il prend les matchs les uns après les autres et il travaille. Il dit que c’est de bon augure pour la suite mais il continue de travailler. Il nous dit que le jeu de son équipe n’est pas encore en place et que pour ça, il va travailler. J’attends qu’un jour, un des leurs nous disent « on joue comme on travaille. »
Mais la cerise sur le gâteau, c’est Canal + qui me l’apporte pas Bernard. Faire fi de 126 ans d’histoire et culture sportive britannique en appelant cette journée de rugby, « le boxing-day ». Le boxing-day rugby pour être encore plus précis. N’est-on pas capables de trouver une appellation originale, bien franchouillarde plutot que de pomper les anglais ? En pleine trêve des confiseurs Canal s’offre une journée de championnat en guise de gâterie.
Nous ne bouderons tout de même pas notre plaisir de voir du rugby un tristounet dimanche de décembre mais il va quand même falloir négocier la télécommande. Le mieux étant de jouer le samedi quand ma femme s’entraine… ou travaille, je ne sais plus, je suis perdu.
Allez vivement le 28 décembre parce que le 29, c’est ma fête… En attendant longue vie à Up&Under, que le ballon monte et retombe quand même un de ces 4. Ca peut servir pour se faire des passes et jouer au rugby.

A propos de l'auteur

Passionné de rugby depuis ma tendre enfance que j'ai passée dans les travées de la tribune CGT du stade Aimé Giral, je suis l'initiateur du projet Up And Under depuis Juillet 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.